Immunization Financing: A resource guide for advocates, policymakers, and program managers
menu

Arménie : Politique vaccinale volontariste des pouvoirs publics

Fiche 19

Points essentiels

  • Le programme de vaccination de l'Arménie est particulièrement efficace, grâce à une étroite collaboration entre le Ministère de la santé, le Ministère des finances et la Commission permanente du Parlement sur les soins de santé, la maternité et l'enfance.
  • L'Arménie a honoré 100 % de ses obligations de cofinancement envers Gavi, et est à présent en bonne voie pour financer en totalité son programme de vaccination à compter de 2018.
  • Le Ministère des finances et le Ministère de la santé ont conclu un accord aux termes duquel les fonds destinés aux vaccins et au matériel d'injection sont entièrement libérés chaque année en avril pour assurer un approvisionnement ininterrompu via la Division des approvisionnements de l'UNICEF.
  • En vertu de l'entente passée entre les deux ministères, la vaccination est un programme prioritaire et la ligne budgétaire des vaccins et du matériel d'injection doit être maintenue même si d'autres secteurs subissent des coupes.

La couverture vaccinale en Arménie est bonne, ainsi qu'en témoigne celle du DTC3 (3e dose du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche), estimée à 94 % en 2015 par l'Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF. Depuis 2001, le pays a eu recours au soutien extérieur pour l'introduction de nouveaux vaccins, au point d'atteindre en 2016 la liste complète des vaccins infantiles recommandés par l'OMS hormis celui du virus du papillome humain (VPH), dont l'ajout est aujourd'hui à l'étude. L’Arménie approche des étapes finales de la sortie de l'aide de Gavi, après avoir mis un terme à l'aide des autres donateurs. Elle a tenu 100 % de ses obligations de cofinancement envers Gavi.

Le programme de vaccination de l'Arménie a profité d'une volonté politique forte au Ministère de la santé, au Ministère des finances et au Parlement. Le Ministère de la santé partage avec celui des finances les données sur les résultats, les stratégies et les politiques de vaccination. Au cours du cycle budgétaire, les équipes du programme de vaccination collaborent étroitement avec les responsables du budget et des finances du Ministère de la santé pour la préparation du budget. Le programme de vaccination bénéficie d'un soutien décisif au Parlement, en la personne du Président de la Commission permanente sur les soins de santé, la maternité et l'enfance.

Processus budgétaires et financement de la vaccination

En Arménie, les processus budgétaires délimitent clairement les budgets consacrés aux vaccins et au matériel d'injection ainsi que l'aide des donateurs. Un poste budgétaire intitulé « Programme national de vaccination » est réservé aux vaccins et au matériel d'injection. Le financement des autres éléments de la vaccination est intégré à l'ensemble du système de santé. Toute aide à la vaccination provenant de l'extérieur est inscrite au budget. La valeur des vaccins soutenus par Gavi, par exemple, est estimée en monnaie locale et inscrite au budget. Dans le passé, l'aide financière de Gavi (subventions à l'introduction de vaccins et subventions destinées à renforcer le système de santé) figurait au budget sur un compte extrabudgétaire.

Le Ministère des finances et le Ministère de la santé ont conclu un accord prévoyant que les fonds consacrés au programme national de vaccination seraient libérés en totalité par le Ministère des finances chaque année au plus tard en avril et aussitôt transmis à l'UNICEF pour que l'approvisionnement en vaccins se fasse en temps voulu. Les ministères sont aussi convenus de faire de ce poste budgétaire un « programme prioritaire » devant être protégé même lorsque d'autres secteurs subissent des coupes.

Le rôle du soutien extérieur

Pour renforcer et étendre son programme de vaccination, l'Arménie a bénéficié de soutiens extérieurs – essentiellement de Gavi, du Millennium Armenian Children’s Vaccine Fund (MACVF), de la Fondation Rostropovitch Vishnevskaïa, de l'UNICEF et de l'OMS. Le MACVF et la Fondation Rostropovitch Vishnevskaïa sont des organisations établies aux États-Unis. La viabilité à long terme a été prise en compte dans la planification de l'utilisation puis du retrait de l'aide extérieure.

De 2002 à 2009, la Fondation Rostropovitch Vichnevskaïa, le MACVF et l'UNICEF ont fourni des fonds pour la vaccination des enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Ces organisations ont financé les doses et le Ministère de la santé a couvert les coûts d'administration hors vaccins. En 2010, l'État a pris en charge 100 % du financement des vaccins. La Fondation Rostropovitch Vichnevskaïa, l'UNICEF, l'OMS, Fighting Infectious Diseases in Emerging Countries (FIDEC) Arménie et le MACVF ont financé une campagne menée en 2007 pour vacciner la population de 6 à 27 ans contre la rougeole et la rubéole.

Le gouvernement a introduit les vaccins contre l'hépatite B, le rotavirus, le pneumocoque et le vaccin contre la poliomyélite inactivé inactivé avec le soutien de Gavi (le vaccin contre l'hépatite B a ensuite été remplacé par le pentavalent, mais la dose de vaccin contre l'hépatite B à la naissance a été maintenue). Il a aussi reçu l'appui de Gavi pour le renforcement du système de santé et la sécurité des injections. L'Arménie a honoré ses obligations annuelles de cofinancement envers Gavi en se procurant une partie des doses par elle-même (via l'UNICEF), Gavi finançant le reste. Le MACVF a financé une partie des obligations de cofinancement du vaccin pentavalent et du vaccin contre le rotavirus (environ 15 000 dollars par an), l'État apportant le reste. Cet arrangement a pris fin en 2015.

Le programme de vaccination se procure tous les vaccins auprès de la Division des approvisionnements de l'UNICEF, à l'exception du vaccin contre la tularémie, dont le Groupe technique consultatif pour la vaccination (GTCV) de l'Arménie examine actuellement les données d'efficacité.

Les défis de demain

L'une des difficultés persistantes est la méfiance de certains segments de la population à l'égard des vaccins. Le Ministère de la santé surveille sur Internet les principaux sites dédiés aux parents, où il s'empresse de répondre à toutes les questions et préoccupations sur l'efficacité et l'innocuité des vaccins.

Top